Le Grand Débat National en question 🇫🇷


Alors que le Grand Débat National se clôture ce 15 mars 2019, ses détracteurs dénoncent déjà une faible participation des jeunes sur la plateforme. Un article des Echos Start fait ce constat à travers un reportage lors d’une réunion sur le thème de la Transition Ecologique à Paris.


Jeunesse peu convaincue par la démarche ?

En effet, seuls 4% des 938 jeunes de 15 à 25 ans interrogés se disent convaincus de l’utilité du Grand Débat. Si 31% restent positifs et espèrent des retombées, une majorité de jeunes ne croient pas qu’il changera la donne. Ils portent alors un regard critique sur la démarche et se désengagent en ne participant pas à la consultation :

“Il ne devrait pas exister UN grand débat, mais un débat continu, avec une sollicitation des citoyens plus importante. Attention, je ne parle pas de RIC (dont j’ignore le contenu), mais d’une démocratie plus participative. Sans enlever de pouvoir aux élus, il me semble important que les citoyens puissent donner leur avis sur la politique à suivre par le pays. Et pas seulement en adhérant aux idées d’un candidat une fois tous les 5 ans, mais bien au jour le jour, et sur chaque sujet ! L’énergie, le travail, l’agriculture, les relations internationales (dans une moindre mesure), l’écologie, la sécurité etc. …. (…)” — Jeune homme, étudiant, Paris ( 22–25 ans)


Un problème de notoriété

11% des sondés ont répondu “je passe” et n’ont pas souhaité exprimer d’avis sur la question. Impossible à partir de ce chiffre d’évaluer le nombre de jeunes n’ayant pas entendu parler du Grand Débat National mais parmi ces 11%, nombreux sont ceux qui ont justifié leur absence d’avis par une méconnaissance du dispositif :

“Je ne sais pas ce qu’est le grand débat” — Jeune femme, étudiante, Sud-Ouest (18–21 ans)

“Je ne sais pas de quoi tu parles Jam” — Jeune femme, étudiante, Ile de France (22–25 ans)


Des messages d’espoir

Pour finir sur une note positive, 35% quand même souhaitent à la démarche tout le succès possible, en saluant son originalité et son caractère inédit.

“Mon entourage est septique, mais moi j’espère que ça changera quelque chose car c’est la première fois que les français peuvent directement dire ce qu’ils pensent, ce qu’ils voudraient changer etc.. et c’est super! Donc pour cette belle initiative j’espère que ça marchera” — Jeune femme, lycéenne, Sud Est (15–17 ans)


Jam mène des études auprès des 15–25 ans sur tous types de sujets. Si vous voulez en savoir plus, écrivez-nous à team@hellojam.fr